L'histoire

L'histoire de la mer Morte


On raconte traditionnellement que la célèbre reine égyptienne Cléopâtre envoyait des caravanes à la mer Morte, afin d'en recueillir le « précieux or blanc » pour ses légendaires bains de beauté.

Aristote (384-322 av. J.-C.) nous livre des renseignements plus concrets sur ce sujet : il a été le premier à fournir aux nations environnantes des informations scientifiques sur cette mer étrange. Il a ainsi rapporté que l'eau était si amère et salée qu'aucun poisson ne pouvait y vivre, et qu'un animal ou un humain, même pieds et mains liés, ne pouvait s'y noyer.

Le Talmud, texte fondamental regroupant les fondements de la loi juive, contient également d'importants commentaires sur la manière de guérir en utilisant l'eau de la mer Morte :


Les sages sémitiques qui l'ont rédigé du 3ème au 6ème siècle après le début de notre ère ont débattu sur l'autorisation de s'y baigner au cours du sabbat. La loi du Talmud interdit en effet le suivi de thérapies actives le jour du Seigneur (sabbat) – excepté bien sûr si elles sont indispensables au maintien en vie. Les sages ont finalement décidé d'autoriser durant le sabbat le bain dans la « grosse mer » (Méditerranée) et dans le « lac de Tibériade » (mer de Galilée), mais pas dans la « mer de Sodome », autrement dit la mer Morte. La raison invoquée était que la plupart des gens ne se baignaient à titre de traitement médical que dans la mer Morte et non dans les autres mers.

Dans l'atmosphère oppressante du Moyen Âge, suite à la chute des Empires romain et byzantin, la région autour de la mer Morte s'est appauvrie et isolée. La tradition biblique de Sodome et Gomorrhe (Genèse 19, versets 24-25) a suscité des pensées très noires par rapport aux péchés et à leur châtiment. Les superstitions et légendes sinistres étaient très répandues.

De nos jours, on pense que les villes bibliques de Sodome et Gomorrhe étaient situées dans cette région du sud jusqu'à ce qu'une catastrophe écologique dévastatrice les détruise. Les géologues et les historiens supposent que ces cités légendaires ont disparu suite à un tremblement de terre ou à d'importantes secousses sismiques.


Bien que l'eau de la mer Morte ait fait deux fois l'objet d'analyses chimiques dès le milieu et la fin du 18ème siècle, les géographes et les scientifiques n'ont à nouveau exploré cette zone qu'à l'époque de Napoléon. Depuis, outre l'historiographie, différentes théories scientifiques s'affrontent en permanence sur le phénomène naturel que constituent la mer Morte et ses pouvoirs de guérison éprouvés.